AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

 La combustion spontanée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La combustion spontanée   Mer 12 Déc 2012 - 14:18

On parle de combustion spontanée lorsque des êtres humains brûlent sans aucune raison apparente. C'est le plus mystérieux des phénomènes provoqués par le feu. C'est un des sujets du paranormal pour lequel il y a un grand nombre de photos et d'expertises, les cas étant toujours suivis d'enquêtes policières, la mort n'étant pas de type naturel.

Les combustions spontanées présentent des constantes: la victime semble ne pas avoir conscience de ce qui lui arrive, la chaleur dégagée est très intense, le feu ne s'étend pas (des victimes ont été carbonisées dans leurs vêtements presque intacts) et aucun lieu ne semble offrir de protection, y compris les espaces découverts, les navires, les voitures ou même... les cercueils.

Pour la plupart des scientifiques, ces morts s'expliquent par l’embrasement d’un vêtement par une cigarette ou que la victime se soit trop approchée du feu. Mais ce qui est contradictoire, c'est que même dans les crématoriums le corps humain ne devient jamais que de la cendre. Il reste toujours des petits fragments d’os qui ont résisté a la chaleur, alors qu’il ne reste rien après une combustion spontanée !

Les tentatives d'explication sont nombreuses :

- un "court circuit" des champs électriques du corps humain

- une réaction atomique en chaîne qui produirait une chaleur interne phénoménale

- un cocktail de substances chimiques qui se formerait dans l’estomac

- un syndrome mortel de l’esprit sur la matière qui se produirait avec un état d’esprit négatif.

Physiologiquement cela se traduit par l’accumulation de phosphagènes, dont la vitamine B10 , dans les tissus , qui sont dans certains cas très inflammables . La combustion serait alors déclenchée par des orages magnétiques, ou d’autres phénomènes électriques.

L'inspecteur de police à la retraite John Heymer s’est penché sur les phénomènes de combustion vive.

Il est arrivé à la conclusion que la chaleur intense provoquant la combustion spontanée provient d'une flamme alimentée par du gaz et surgissant de l'intérieur du corps. C'est, selon lui, l'unique explication plausible qui rende compte des températures élevées atteintes dans certaines zones du corps. Certains des indices qui l'ont amené à cette conclusion lui ont été apportés par une affaire survenue le 19 septembre 1967. Ce jour-là, un pompier atteignit le lieu de l'accident à temps pour voir une flamme bleue qui sortait encore d'une blessure dans l'abdomen de la victime. On peut supposer que l'homme était bien vivant lorsqu'il a commencé à brûler car il avait mordu fortement le montant de bois de la cage d'escalier où il était tombé.

Bien que cette théorie soit plausible, on ignore encore quelles sont les causes de ce phénomène.

quelques histoires....



LA COMTESSE DE CENDRES

Le premier cas recensé de combustion humaine spontanée eut lieu en Italie dans les environs de Verone. Au soir du 4 avril 1731, la comtesse Cornelia Bandi - 62 ans - dîne tranquillement en compagnie du chanoine Bianchini puis part se coucher. Le lendemain matin les domestiques qui pénètrent dans sa chambre sont saisis de stupeur : "le plancher de la chambre, précise la gazette locale, était parsemé de grosses taches d'apparence humide et gluante tandis qu'un liquide gras, jaunâtre, écoeurant, coulait le long de la fenêtre emplissant la pièce d'une odeur répugnante". La camériste remarque qu'une fine couche de suie recouvre les meubles. Quant à la comtesse Band, elle gisait près de son lit où plutôt ce qui restait d'elle : un petit tas de cendre, ses deux jambes et un morceau de sa boîte crânienne, réduit par la force de la combustion. Les autorités et le médecin légiste furent perplexes. Le magistrat se contentera de noter dans son rapport "un feu mystérieux semble s'être allumé spontanément dans la poitrine de la comtesse" et l'on se résoudra à classer le dossier pour toujours.

LE CAS MARY REESEER

Dans l'affaire de Mary Reeser, des experts en pyromanie, des pathologistes et même des agents du FBI furent appelés à la rescousse pour mener l'enquête. Mais aucun d'eux ne put expliquer pourquoi le corps fut entièrement désintégré ainsi que les os. Seuls ont subsisté un crâne brûlé, quelques vertèbres, et un pied qui portait encore une pantoufle. La pièce était complètement intacte et le fauteuil fondu. La mort accidentelle fut déclarée cause de l'accident. Pourtant les faits ne concordent pas avec cette affirmation. En effet, pour réduire des os en cendres, il faut une température d'au moins 1650° C, ce qu'un simple incendie de fauteuil ou de vêtement est incapable de produire. D'autre part, une telle température aurait entraîné la combustion de toute la maison. La quantité de suie dégagée montre que le feu qui a consumé Mrs Reeser l'a fait lentement.

LE CAS D'URUFFE

A Uruffe, petit bourg lorrain proche de Toul, Ginette Kazmierczak mène une vie solitaire, discrète et effacée dans le logement de fonction de son fils, l'instituteur du village. Le soir du 12 mai 1977, elle est seule dans l'appartement car son fils est de sortie. Vers 3 heures du matin, sa voisine de palier se réveille en sursaut. Sa chambre est pleine de fumée. Elle sort et voit de petites flammes qui dévorent le bas de porte d'entrée de Mme Kazmierczak. Elle alerte les pompiers qui, très vite arrivés, se trouvent devant un spectacle d'épouvante. Le corps de Mme Kazmierczak gît carbonisé sur le plancher, contre la porte d'entrée, mais les jambes et le bras droit sont intacts, alors que la tête, le tronc et l'abdomen ne sont plus que cendres. Il a fallu une température énorme (2000°C) pour arriver à ce macabre résultat. Seul le plancher sous le buste de la victime révélera des traces d'incendie. Les murs et le sol sont maculés de suie, mais rien d'autre n'a brûlé dans l'appartement. Le poêle à mazout et le chauffe-eau sont éteints. Une boîte d'allumettes est intacte sur le rebord de la fenêtre.

L'électricité fonctionne correctement. Crime, suicide? Ces thèses sont écartées à défaut d'élément matériel pouvant les étayer.

Le parquet de Nancy ouvre une enquête et charge le capitaine Laurain d'une expertise. Ce dernier reprend toutes les hypothèses : explosion d'une bombe aérosol ou d'un gaz (mais l'embrasement du mobilier aurait alors été total), crime (mais la porte de l'appartement était fermée de l'intérieur), foudre (la météo invalidera cette possibilité). L'expert doit admettre qu'il s'agit bien là d'un cas de combustion spontanée. En conséquence, le 18 janvier 1978, le parquet de Nancy prononcera une ordonnance de non-lieu dans cette affaire.

Voici un autre article plutôt intéressant a ce sujet:



Hypotheses scientifiques:




1: Descrïption du phénomène :


La combustion spontanée c’est le phénomène par lequel un humain prend soudain feu et se transforme en un amas de cendre. Un problème se pose à cela : comment un être humain qui est composer de 72% d’eau peut il brûler en quelques instants ? En effet il faut une température de au moins 1650° pendant plusieurs heures pour consumer un corps en entier . Dans un four crématoire la température était élevée a 900° environ. Et Il fallait broyer les os restant dans les cendres. Le plus troublant c’est que les victimes sont le plus souvent retrouvée dans des positions naturels comme assise dans un fauteuil un verre a la main ou allongée sur son lit. Mains dans ce cas elle aurait brûlée à une grande vitesse qui ne lui aurait même pas laisser le temps de réagir. Aussi il semblerait que avant de brûler la victime est prise de transe au point de ne pas s’apercevoir tout de suite qu’elle brûle. Autre fait étrange seule la victime est en cendre et le reste autour d’elle n’est le plus souvent pas touchée. Or a 1650° une maison serait réduite en cendre très vite.




2 : Explications :


- Mr Heymer : selon lui ce serait lié a une réaction entre l’hydrogène au niveau des cellules
- on trouve aussi beaucoup d’alcooliques parmit les victimes
- docteur D.J Gee: Il démontre que la graisse humaine est exothermique autrement dit en brûlant elle dégage elle même assez de chaleur pour entretenir sa propre combustion.
- le docteur Gulonnet que dans le corps humain la graisse n’est pas homogène et elle y est localisée




Voici un autre lien intéressant à ce sujet:

http://www.dinosoria.com/combustion_spontanee.htm

chezsuzanne.free.fr



Dernière édition par Azazel le Mer 12 Déc 2012 - 16:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La combustion spontanée   Mer 12 Déc 2012 - 15:22

Merci de citer tes sources stp Wink

Sinon c'est très intéressant, c'est l'un des phénomènes qui m'intrigue le plus, surtout le fait que la victime ne se rend pas compte qu'elle brûle !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La combustion spontanée   Mer 12 Déc 2012 - 16:03

Désolée pour les sources, c'est un sujet que j'avais fait sur mon ancien forum et je ne les ai plus hélas unsure
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La combustion spontanée   Mer 12 Déc 2012 - 16:30

super sujet AZAZEL grinning
j'avais une vidéo sur le sujet mais je la trouve plus grrr sport
elle montrait les différentes expérience réalisé par des scientifiques et des pompiers pour tenté d'expliqué ce phénomène.aucune n'as aboutis a une explication plausible...ni réussis a demystifier quoi que ce soit...
vraiment étrange tout ca
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La combustion spontanée   Mer 12 Déc 2012 - 16:52

J'avoue que ça me dépasse aussi ce phénomène !

Je ne vois pas comment un corps peu bruler de l'intérieur en ne causant aucun dégât à l'environnement proche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La combustion spontanée   Mer 12 Déc 2012 - 17:01

oui je suis totalement d'accord,surtout que pour bruler totalement les os,il faut une sacrée chaleur,de plus ça prend énormément de temps

petite vidéo intéressante
http://www.mystere-tv.com/enquete-autour-de-la-combustion-humaine-spontanee-v987.html

et quelques autres théories plus ou moin tirée par les cheveux...
Autres théories

Alcool: Le médecin légiste américain Dr Dixon Mann pense que les victimes pourraient avoir pris beaucoup d'alcool, et qu'une simple flamèche aurait ensuite été suffisante pour déclencher la combustion. Toutefois, il semble que le niveau d'alcool nécessaire pour que le corps humain devienne à ce point inflammable soit trop élevé: les victimes auraient été mortes d'intoxication à l'alcool avant de pouvoir prendre feu.

Le lien entre alcool et autocombustions n'est pas à rejeter trop rapidement, car un état d'ivresse pourrait expliquer la difficulté, ou carrément l'incapacité, qu'auraient eue les victimes à éteindre un début d'incendie.

Il est intéressant aussi de noter que dans son roman "Bleak House" paru au 19ème siècle, Charles Dickens fait mourir un de ses personnages, un alcoolique nommé Krook, par autocombustion. L'alcool semblait être l'hypothèse de prédilection retenue à cette époque.


Bactéries: Les fermiers connaissent bien l'existence des combustions de foin spontanées: des bactéries, s'y reproduisant en grand nombre, dégagent une telle chaleur qu'elles mettent le feu au foin dans lequel elles se trouvent. Une théorie veut que le feu puisse spontanément se déclencher dans le corps humain de la même manière qu'il le fait dans le foin. Cette théorie, valable pour le foin, ne tient pas la route lorsqu'il s'agit du corps humain: nous ne sommes pas aussi inflammables que du foin séché. De plus, la victime serait décédée de l'invasion bactérienne avant que celles-ci ne soient assez nombreuses pour déclencher l'incendie.


Électricité statique: Le Professeur Robin Beach, de l'Institut Polytechnique de Brooklyn, a tenté de démontrer dans ses recherches, que certaines personnes pouvaient emmagasiner une forte charge d'électricité statique, au point où elles pouvaient accidentellement mettre le feu à un objet inflammable. Les auteurs de Histoires et récits insolites8 se basent sur les recherches du Professeur Beach pour affirmer que l'électricité statique emmagasinée dans le corps humain serait à l'origine des autocombustions. Toutefois, le Professeur Beach lui-même n'a jamais établi un lien entre sa théorie et les cas de combustion humaine spontanée. Au contraire, il précise qu'il n'existe pas de forme de décharges électrostatiques pouvant provoquer la combustion d'un être humain.


Réaction chimique cellulaire: Le policier britannique John Heymer a élaboré une théorie après avoir étudié un cas d'autocombustion. Le site internet Le Polyscope13 le décrit ainsi: "Selon lui, le phénomène serait lié à une réaction chimique entre l'hydrogène et l'oxygène au niveau des cellules. La puissance d'ignition d'un tel mélange est illustrée par les fusées des navettes spatiales qui utilise ces deux éléments pour leur propulsion. Au sein de chaque cellule, se trouvent les mitochondries qui fournissent l'énergie au corps par petites réactions chimiques. Si une de ces mitochondries était défaillante, elle pourrait libérer trop d'énergie et ainsi provoquer une explosion du mélange hydrogène-oxygène. Les mitochondries voisines seraient affectées et elles exploseraient à leur tour et ainsi de suite. La cellule finirait par exploser, provoquant une réaction en chaîne au niveau de ses voisines. Un nombre considérable de cellules pourraient être détruites, provoquant la réduction en cendres des muscles, des organes internes et de la chair."


Gaz: Plusieurs hypothèses tentent d'expliquer les autocombustions en faisant intervenir la présence d'un ou de plusieurs gaz dans le corps humain: une théorie populaire suggère que le méthane, un gaz fortement inflammable, s'accumulerait dans les intestins humains et serait ensuite allumé par des enzymes. Selon Jenny Randles, auteure du livre Strange and Unexplained Mysteries of the 20th Century 11, une mauvaise diète alimentaire pourrait aggraver les chances de combinaison chimique explosive. Selon Maryse Locque, ce sont les pores de peau bouchés qui seraient responsables de l'accumulation de gaz dans le corps. Leur ignition serait provoquée par des pulsations cardiaques ou des frictions de particules. Selon Yvan Sanderson et Vincent Gaddis, une trop grande accumulation de phosphagène rend le corps humain très inflammable. Selon eux, cette condition se retrouverait plus fréquemment chez les personnes sédentaires.

en voila quelques une bien farfelues...

Géomagnétisme terrestre: Une théorie parle d'un phénomène de fluctuations géomagnétiques terrestres qui provoquerait ces autocombustions. Elles pourraient être liées à la variation de l'activité solaire. Dans le même ordre d'idée, Larry Arnold, un auteur britannique, affirme qu'il existe des lignes de forces terrestres le long desquels les feux spontanés pourraient se déclencher. action2


Champs électriques humains: Une théorie suggère que ce sont plutôt les champs électriques se trouvant à l'intérieur du corps humain qui se court-circuiteraient pour provoquer les autocombustions.



Foudre: Une théorie suggère que le phénomène de "boule de feu", observé dans certaines cas de foudre, se produirait dans ou autour des victimes. Certains physiciens avancent l'idée que ces boules de feu produiraient des ondes radio semblables aux micro-ondes, ce qui pourrait brûler les victimes tout en laissant leurs vêtements et leur environnement intacts. action2


Canulars: Ce qui est intéressant dans l'étude des histoires d'autocombustion, c'est le fait que des enquêtes policières et des rapports de coroners existent officiellement, et nous permettent d'étudier ce mystère plus en profondeur. Il y a donc de nombreux cas, comme le décès de Mary Reeser par exemple, dont la véracité ne fait pas de doutes. Toutefois, je crois personnellement que plusieurs cas d'autocombustion cités dans les ouvrages sur le sujet ne sont pas véridiques. Ils sont soit le fruit d'une déformation des faits (comme le cas Maybelle Andrews, qui n'est qu'une déformation du cas Phyllis Newcombe), ou une invention pure et simple (comme le sont sûrement les cas de Willem Ten Bruik, de John Greeley et d'Euphemia Johnson dont il n'est pas possible de retrouver des traces officielles.)


Parapsychologie: Certains auteurs associent les autocombustions à des phénomènes parapsychologiques, comme la télékynésie, le magnétisme humain, la télépathie et les fortes charges émotionnelles. D'autres évoquent l'hypothèse du "suicide psychique"


Trios mystérieux: Michael Harrison, auteur du livre Fire From Heaven 3, croit que trois autocombustions s'étant produites le 13 mars 1966 sont reliées: il mentionne que les trois cas se sont déroulés aux pointes d'un triangle équilatéral dont les côtés mesureraient environ 550 kilomètres. Il s'agit des autocombustions de Willem Ten Bruik, de George Turner et de John Greeley, ce dernier étant marin sur le cargo Ulrich. Toutefois, une recherche plus poussée semble démontrer que ces trois cas ne sont pas véridiques.


Criminels: Certains prétendent que ces décès sont causés par une main criminelle qui a tenté camoufler son crime par un incendie.


Fantômes: D'autres croient que les esprits frappeurs seraient à l'origine des autocombustions. action2


Extra-terrestres: Des êtres venus d'un autre monde, ou d'une autre planète, sont quelquefois évoqués comme origine probable de ces phénomènes.


Religion: Finalement, plusieurs croient qu'il s'agit d'une intervention divine (certains passages de la Bible feraient référence à Dieu qui brûlerait les humains par colère), ou encore d'une intervention démoniaque. Les messes noires et la sorcellerie sont parfois évoquées.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La combustion spontanée   Mer 12 Déc 2012 - 20:03

J'préfère encore le canular à toutes les autres propositions _sorc2_
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La combustion spontanée   Ven 14 Déc 2012 - 22:42

Dans le phénomène fréquemment attesté de la combustion humaine spontanée, le corps d’un individu s’enflamme et brûle, sans contact décelable avec une source de feu extérieur.
Des cas de combustion humaine spontanée sont signalés dans des rapports médicaux dès le 17è siècle.
La médecine moderne, dans sa grande majorité, nie la notion de combustion spontanée. Entre les sceptiques qui usent d’arguments très rationnels mais peu satisfaisants et les partisans de la combustion spontanée qui y voient une manifestation surnaturelle, le débat est vif mais souvent peu constructif.
Comme toujours, j’ai abordé ce dossier sans a priori en essayant d’effectuer une synthèse des faits connus. rire2
Revenir en haut Aller en bas
Eurynome
Sorcier/Sorcière débutant(e)
Sorcier/Sorcière débutant(e)


Masculin
Nombre de messages : 81
Age : 20
Localisation : Sur ma chaise
Emploi : Etudiant école supérieur
Date d'inscription : 02/11/2012

MessageSujet: Re: La combustion spontanée   Sam 15 Déc 2012 - 11:40

Héhé c'est fort intéressant , surtout quand on fait un TPE portant sur la combustion :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La combustion spontanée   Mar 15 Jan 2013 - 23:39

dsl je ne savais pas qu'il y avait d'article à ce sujet
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La combustion spontanée   

Revenir en haut Aller en bas
 
La combustion spontanée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Info] Petite définition et hypothèse de la combustion spontanée.
» Combustion spontanée : un homme s’embrase subitement dans une gare suédoise
» La combustion spontanée
» Un cas de combustion spontanée en Oklahoma ?
» Une combustion spontanée à Toul ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Paranormal :: Paranormal :: Mystères-
Sauter vers: