AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

 Possession et exorcisme selon Mireille Thibault

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Possession et exorcisme selon Mireille Thibault   Dim 9 Mar 2014 - 12:48

Bonjour, bonsoir.

Alors voilà, j'ai trouvé un livre qui m'avait l'air pas mal. Toute l'introduction n'est qu'une énorme définition de la possession, appuyée sur des écrits et des faits concrets. Je vous laisse me dire ce que vous en pensez.
[Je ne savais pas trop où mettre le sujet donc désolée si ce n'est pas la bonne place ^^" ]

La croyance en la possession semble partagée par la plupart des cultures et fait référence au fait que l'esprit d'une personne peut être retiré de son corps pour y être remplacé par celui d'une entité, décédée ou vivante, d'une déité ou d'un démon. Alfred Loisy (1857-1940), prêtre catholique, professeur et théologien, mentionne ceci dans un ouvrage consacré aux Évangiles synoptiques :
"le caractère pathologique de la possession consiste dans l'éclipse totale ou partielle, continue ou intermittente, de la personnalité ; c'est une forme particulière d'aliénation ou de débilité mentale, où le sentiment d'individualité propre se trouve étouffé ou gêné par l'idée fixe d'une individualité étrangère et malfaisante, qui se substitue ou se surajoute à celle du sujet. Non seulement la folie, mais aussi les maladies nerveuses en général, notamment l'épilepsie, étaient considérée comme des cas de possession diabolique."

    L'Organisation mondiale de la santé (OMS) définit ainsi la possession dans sa Classification internationale des maladies 10 (1992)

« F44.3 État de transe et de possession. Troubles caractérisés pas une perte transitoire de la conscience de sa propre identité, associée à une conservation parfaite de la conscience du milieu environnent. Sont à inclure ici uniquement les états de transe involontaire ou non désirés, survenant en dehors de situations admises dans le contexte religieux ou culturel du sujet. À l'exclusion de; états associés à :
*intoxication aigüe par une substance psychoactive ;
*schizophrénie ;
*syndrome post-commotionnel ;
*trouble organique de la personnalité ;
*troubles psychotiques aigües et transitoires.

Il faut bien remarquer que cet état est décrit ici dans le cadre de maladies mentale et physique, et non comme une admission de la réalité de la possession par les esprits ou les démons. »

    De même, le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, 4th Edition (DSM-IC, 1994, p.785), qui définit les maladies psychiatriques, traite de la possession dans les termes suivants:

« Les critères à réunir sont :

A. (1) Etat de transe, c'est-à-dire altération marquée et temporaire de l'état de conscience, ou perte du sentiment d’identité, associée à au moins l'un des symptômes suivants :
(a) rétrécissement du champs de perception de l'environnement immédiat, ou focalisation anormale sur certains aspects de cet environnement ;
(b) comportements ou mouvements stéréotypés, vécus comme sous l'emprise d'un autre.
(2) Etat de possession, c'est-à-dire altération unique ou répétée de l'état de conscience caractérisé par le remplacement du sentiment d'identité habituel par celui d'une nouvelle identité. Celle-ci peut être attribuée à un esprit, à une puissance, à une divinité ou à une autre personne, et se manifeste par au moins l'un des symptômes suivants :
(a) comportements ou mouvements stéréotypés, propres à la culture, vécus comme le fait de l'agent de la possession ;
(b) amnésie totale ou partielle de l'évènement.

B. L'état de transe ou de possession n'est pas reconnu comme s'intégrant normalement dans une pratique collective culturelle ou religieuse.

C. Cet état est à l'origine d'une souffrance cliniquement significative ou d'une altération du fonctionnement social, professionnel ou d'autres domaines importants

D. Cet état ne survient pas exclusivement au cours de l'évolution d'un trouble psychotique (incluant les troubles de l'humeur avec caractéristiques psychotiques et les troubles psychotiques bref) ni d'un trouble dissociatif de l'identité. Il n'est pas dû non plus aux effets directs d'une substance ou d'une affection médicale générale. »

    Cette description suppose une certaine forme d'acceptation envers le curieux état décrit pas des individus se prétendant possédés, mais elle n'implique pas la croyance en une entité mauvaise apte à s'emparer de l’esprit d'un être humain.

   Le concept de possession ne date pas d'hier. Ainsi, une inscription datée du IVe siècle av. J.C. et découverte lors de fouilles à Thèbes traite d'une princesse syrienne possédée par une âme méchante. Le pharaon, son beau-frère, informé de la situation, lui fait envoyer une statue du dieu Khonsou dont la seule présence la soulage immédiatement (É. de Rougé, 1858). De même, Philostrate, dans sa Vie d'Apollonius de Tyrane (III, 38), mentionne une femme dont le fils de 16 ans est possédé depuis l'âge 14 ans par un démon moqueur et menteur. Il peut être intéressant de rapporter la description qu'elle en fait aux prêtres :

C'est un très bel enfant, vous le voyez, eh bien, un démon en est amoureux et il ne lui permet pas de garder toute sa raison ! Il l'empêche d'aller à l'école, d'apprendre à tirer à l'arc, et même de rester à la maison, et il l'entraine dans des lieux déserts. Il n'a même plus sa propre voix, mais il fait entendre des sons rauques et caverneux, comme un homme adulte, et les yeux avec lesquels il regarde ne sont pas ses yeux. Tout cela me désole, je m'arrache les cheveux et je cherche à ramener mon enfant, c'est tout naturel, mais il ne me reconnais pas. Quand j'ai eu l'intention de venir ici -car cela fait déjà un an que j'en ai l'intention - le démon s'est révélé à moi par la bouche de mon enfant et il m'a dit qu'il était le fantôme d'un homme autrefois mort à la guerre et qu'à sa mort il était éperdument amoureux de sa femme, mais qu'elle avait vexé à leur lit de noces en épousant un autre homme trois jours après son décès. Il est devenue misogyne et a élu domicile dans cet enfant...

    Dés la rédaction des Évangiles, il est rapporté des cas de possession, dont celui de Gerasène, alors que Jésus libère de ses légions de démons le possédé de la synagogue de Capharnaüm (Mc 5, 1-13, Mc 1, 13-27). Il est également mentionné que le Christ octroie à ses disciples le pouvoir de chasser les démons (Mc 6.7) et que certains démons ne peuvent être chassés que par la prière (Mt 17.21). Luc signale que les démons reconnaissent Jésus et le craignent (Lc 4.34).
Il faut noter que dés ses origines, l’Église affiche une certaine réserve à ce sujet et soutient la nécessité de vérifier la distinction entre possession et maladie. C'est pourquoi le pape Innocent Ier déclare, en 416, l'obligation, pour procéder à un exorcisme, d'obtenir un mandat de l'évêque. Il faut dire cependant que l'exorcisme à contribué à l'expansion du catholicisme, puisque ses représentants se sont donné la capacité quasi unique de le pratiquer et de le mener à bien (Villeneuve, 1975).

Possession et agressions démoniaques

Il existe plusieurs formes de possession. Premièrement, il peut s'agir d'une victime qui consent à la possession. Certains saints, par exemple, ont accepté de souffrir les tourments du démon pour expier les péchés de l'humanité. Citons le curé d'Ars ou le padre Pio qui n'étaient pas réellement possédés, mais qui se disaient harcelés par le Malin. La victime est alors en état de grâce malgré la présence du démon. Deuxièmement, il y a la victime en état de grâce qui ne consent pas à la possession. La personne, malgré une vie exemplaire ou correcte, se retrouve possédée ou harcelée par le démon. Troisièmement, il peut s'agir d'une victime qui mène une vie discutable, mais qui n'est pas consentante à être possédée. Dans un tel cas, il s'agit plutôt d'un châtiment de Dieu qui peut se développer à la suite de blasphèmes, d'une situation d'apostasie (abandon de sa religion), etc. La personne menant une vie dissolue présente ainsi une porte ouverte au démon. Quatrièmement, la victime mène une vie déplorable et est consentante à la possession ; il est alors question d'un pacte avec le diable. Le possédé devient donc complice du démon. Soit dit en passant, il est reconnu que le diable n'a pas d'amis, il n'a que des victimes.

Parr ailleurs, on distingue cinq catégories d'agressions démoniaques : la harcèlement, soit les gens tourmentés par le démon ; l'obsession, alors que Satan s'insinue dans le psychisme ; la possession, dans le cas où c'est le démon agit, et non l'individu ; l'oppression, alors que le diable intervient dans l'entourage des victimes et crée une atmosphère mauvaise ; l'envoûtement, lorsqu'une personne est victime d'un mauvais sort (De Muizon, 1996). Il faut noter que la majorité des cas d'agressions démoniaques se font en l'absence de témoins, ce qui laisse planer un élément subjectif pouvant jeter un doute sur le témoignage de la personne concernée.

Certains indices de possessions ont été reconnus au cours des époques. On mentionne la possibilité de parler ou de comprendre des langues inconnues du possédé, de découvrir des objets cachés, de lire la pensé, de dévoiler l'avenir, d'avoir la possibilité de se livrer à des actions dépassant la force humaine normale et de vomir des substances ou des corps étrangers que le démon a obligé le possédé à avaler. L'aspect des personnes possédées a également été décrit au fil des temps ; elles parlent en tirant la langue, présentent un regard furieux, jurent, se démènent, aboient ou miaulent et font des gestes désordonnés. Le visage de la personne possédée se décolore, le corps se soulève de lui-même, les yeux en furie roulent dans les orbites et louchent, les dents se couvrent d'écume, grincent entre les lèvres bleuâtres, les membres se tordent en tramblant de tous les côtés. La guérison du possédé se fait par l'intervention des saints ou de leurs reliques, par leurs tombeaux ou par l'exorcisme qui utilise le sel, l'eau bénite, le signe de croix, les injonctions, les prières et les menaces.

Par exemple, au XVIe siècle, Nicole Aubry, de Vernins, âgée de 16 ans, a été possédée sur la tombe de son ère. Elle s'exprimait en plusieurs langues, révélait des choses secrètes et s'élevait des les airs malgré l'intervention de 12 hommes. Les démons se sont déchaînés dans la cathédrale de Laon où l'évêque a procéder à l'exorcisme ; ils étaient au nombre de 29, dont Belzebuth et Astaroth
[grand duc de l'Occident des enfers]. De même, Elisabeth Allier a été possédée pendant 20 ans par deux démons, puis elle a été libérée , en août 1639, après six exorcismes exécutés par un dominicain de Grenoble. Les démons auraient avoué avoir introduit dans sa bouche une croûte de pain à l'âge de sept ans. Il y a eu également le cas de Mercy Short. Puisque ses parents ont été massacrés par les Indiens dans le New Hampshire en 1690, elle a été amenée au Canada où elle a démontré des signes de possession entre novembre 1692 et mars 1693. Elle présentait des accès hystériques et avalait des épingles. Elle disait également voir le diable sous l'aspect d'un homme noir à pied de bot. Il semble que ce soit à partir du XIIIe siècle, du moins en Occident, que les manifestations diaboliques se soient faites plus présentes, plus singulières et aient été davantage diffusées (Lhermitte, 1956).

C'est le pape Paul V (1605-1621) qui établira le Rituale Romanum, soit le rituel d'exorcisme, qui est demeuré inchangé jusqu'en 1999. Il consiste en plusieurs actions : l'énoncé d'une litanie après une aspersion d'eau bénite ; la récitation du Psaume 54 ; une adjuration à Dieu ; une interrogation visant à déterminer le nom du démon. Sont également lus les évangiles Jean, 1 ; Marc, 16 ; Luc, 10-11 ainsi qu'une prière préparatoire. La main droite sur la tête du possédé, le prêtre prononce le premier exorcisme, puis il y a une prière avec signe de croix sur la personne possédée. Un deuxième exorcisme est prononcé toujours accompagné de prières. Un troisième et dernier exorcisme a lieu, comprenant des cantiques, des psaumes et des prières finales. Après un exorcisme réussi, le démon sort le plus souvent par la bouche du possédé (Tondriau-Villeneuve, 1968). Très tôt, la fonction d'exorciste a été classée dans le ordres mineurs. En 1743, Vincentius von Berg, dans son Enchiridium, énumère 6 règles pour savoir si l'esprit qui possède un individu est bon ou mauvais et signale 15 troubles liés à la possession diabolique, dont l'oppression, les maux d'estomac, les maux d'oreilles et les crampes.

Pour sa part, le père Gabriele Amorth, exorciste de Rome, rapporte que Satan agit de six façon différentes.
1. La douleur physique. Le Malin inflige d'abord des douleurs extérieures à l'individu qui se fait battre, frapper et lancer des objets (rappelant les cas du curé d'Ars et du padre Pio).
2. L'oppression diabolique. Ici, il n'y a aucune perte de conscience ni aucune action involontaire, contrairement à ce qu'on peut lire dans le livre de Job où ce dernier est touché par divers revers sur les plans de la santé, de l'emploi, de la famille.
3. L'obsession diabolique. Elle consiste en l'observation de pensées obsédantes qui sembles étrangères à l'individu et qui peuvent influencer ses rêves.
4. L'infestation diabolique. L'activité maléfique est étendue aux lieux, aux objets et aux animaux.
5. La subjugation diabolique. Elle implique un pacte volontaire entre la personne et les forces du mal.
6. La possession diabolique. Elle constitue la forme la plus grave ; ici, Satan a pris entièrement le contrôle du corps humain.

Le père Armoth mentionne qu'il faut plus qu'un symptôme pour déterminer une possession. Le catéchisme catholique, quant à lui, rappelle que des signes doivent être observés lors de réels cas de possession, soit :
*parler dans une langue inconnue de la victime ;
*afficher une horreur instinctive ou inconsciente des choses saintes, en particulier une haine contre le Christ et la Sainte Vierge ;
*démontrer la révélation de choses cachées ou futures, sans qu'il soit possible de l'expliquer naturellement ;
*faire étalage d'une force dépassant les capacités humaines normales ;
*manifester des phénomènes d'apesanteur : voler, flotter, se maintenir en l'air, etc.

Le phénomène de la possession a été étudié de maintes façons. Ainsi, l'historien Guy Grenier (1999)mentionne qu'à partir du XIIIe siècle, le crime et la folie étaient liés au péché et que le fou devenaient alors un possédé ou un suppôt de Satan. Les épidémies de possession démoniaque du Moyen Âge sont d'ailleurs directement reliées au contexte culturel de cette époque. Ce n'est qu'à la Renaissance que des médecins ont commencé à s'interroger sur les comportement observés et ont discutés de l'influence des drogues , des intoxications alimentaires, des autosuggestions, des délires, etc. Cette conception d'une cause surnaturelle n'était d'ailleurs pas toujours partagée par le clergé lui-même ou par le corps médical. Ainsi, au début d'avril 17999, des habitants de Pointe-Lévis (Québec) ont demandé au curé Michel Masse d'exorciser une femme atteinte de convulsions. Le curé s'y est refusé en déclarant qu'il s'agissait plutôt d'une maladie qui devait être soignée.



Mireille Thibault - Démons, possessions et satanisme. Le phénomène des hommes en noir

Voilà, voilà.
Avant de partir, vous en pensez quoi, vous ?


'Psoo


Dernière édition par Calypsoo le Mer 27 Aoû 2014 - 12:31, édité 5 fois (Raison : La fin a été mise)
Revenir en haut Aller en bas
ILIADES
Mage
Mage
avatar

Féminin
Nombre de messages : 595
Age : 38
Date d'inscription : 05/06/2011

MessageSujet: Re: Possession et exorcisme selon Mireille Thibault   Mar 11 Mar 2014 - 17:45

La glosalalie, c'est le nom de la bête dont tu fais allusion nanard.

Franchement j'associe cela à une maladie du même genre que la dysgnosie, voir une dysharmonie. Mais bon, je ne suis pas médecin et donc, c'est juste un avis que je donne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dementiae.fr1.co/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Possession et exorcisme selon Mireille Thibault   Sam 15 Mar 2014 - 14:20

Bon j'ai mis le reste, qui me semble surement plus intéressant, puisque l'on y parle de la possession au sens "religieux" [si j'ose dire] du terme et non pas la possession au ses médical ^^

Bonne lecture
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Possession et exorcisme selon Mireille Thibault   Sam 15 Mar 2014 - 16:18

C est interessant ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Possession et exorcisme selon Mireille Thibault   Dim 16 Mar 2014 - 16:25

J'ai du mal à croire en la possession par un démon, mais par une autre entité ça me parait probable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Possession et exorcisme selon Mireille Thibault   Lun 24 Mar 2014 - 19:54

et pour toi, c'est quoi la réel différence ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Possession et exorcisme selon Mireille Thibault   Mar 23 Juin 2015 - 22:43

bjr,,mais comment faire pour savoir qui peut posséder une personne?? ,,si c'est une entité ,un esprit,, démon ,,divinité ,,ect,,??style qui peut controler une personne ,lire dans c'est pensées ,,controler reves et cauchemards ou meme controler les éléments ??
Revenir en haut Aller en bas
Shiki
Lutin fouilleur
Lutin fouilleur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 68
Age : 40
Date d'inscription : 13/09/2014

MessageSujet: Re: Possession et exorcisme selon Mireille Thibault   Mer 24 Juin 2015 - 8:24

Plus que le "qui", je m'interesserai moi plutôt au "pourquoi?" En possession comment déterminer si c'est réellement un autre ou nous-même sous une autre forme qui agit?
Au pourquoi, je dirai que si ce n'est pas dans la volonté de détruire notre corps ou notre esprit alors c'est peut-être une manière de nous faire percevoir qu'il y a bien plus d'échanges avec d'autres niveaux que nous le croyons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Possession et exorcisme selon Mireille Thibault   Ven 10 Juil 2015 - 18:33

Un bon esprit ne possédera jamais quelqu’un, il laissera la personne vivre sa vie, la laissant faire ses propres choix. Une divinité non plus. Un esprit du bas astral peut être ? Les démons entrent très rarement en contact avec les vivants sauf si la personne a quelque chose de très très intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Possession et exorcisme selon Mireille Thibault   

Revenir en haut Aller en bas
 
Possession et exorcisme selon Mireille Thibault
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Possession et exorcisme selon Mireille Thibault
» L'exorcisme selon l'Église catholique
» L'exorcisme existe il dans le bouddhisme?
» Vidéos sur l'exorcisme et cas de possession
» L'Exorcisme dans l'église

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Paranormal :: Paranormal :: Esprits et Poltergeists-
Sauter vers: